Les différents types de partenariats

{lang: 'fr'}

Si on devait résumer, un partenariat est un accord entre deux ou plusieurs individus ou entreprises contribuant à un effort conjoint sur un même projet. Ils partagent les dépenses associées au projet (dans certains cas), mais aussi les profits réalisés. Les partenariats sont relativement courants aussi bien entre les entreprises traditionnelles que virtuelles (cela commence à bien se développer sur le marché francophone).

Les différents types de partenariatsOn peut rencontrer deux types de partenariats qui sont, dans les deux cas, rentables.

1)  Le premier type de partenariats permet à toutes les personnes d’avoir accès aux parties privées de l’entreprise telles que le panneau d’administration, la comptabilité, les statistiques… Le produit ou le service qui fait l’objet de l’accord est généralement conçu par les différentes parties du partenariat. Par conséquent, la propriété du produit ou du service est détenue conjointement.

2)  Le second type de partenariats et celui qu’on rencontre le plus souvent dans le domaine du marketing Internet. Dans celui-ci, il n’y a pas d’administration, de comptabilité ou de statistiques communes. Chaque entité reste distincte. Généralement, une personne ou une entreprise a développé un produit ou un service, mais n’a pas une base de clients potentiels pour son produit. Elle va donc essayer de s’approcher de certaines personnes qui possèdent des listes ou une base d’acheteurs pouvant être intéressées par son produit. Ces deux personnes établissent alors un partenariat et répartissent les revenus de manières égales (en général, c’est du 50 %), mais pas forcément, puisque le vendeur peut reverser bien plus et jusqu’à 100 % des revenus, mais je reviendrai sur ce point.

La mise en place d’un partenariat est rentable pour toutes les parties, car :

  • D’un côté la personne à un coût en promotion minime, voire inexistant.
  • De l’autre côté, la personne n’est pas obligée de créer un produit pour gagner de l’argent

Le partenariat est un vieux concept qui a pris une cure de jouvence via le marketing Internet.

Amicalement,

Stéphane Colle

A lire aussi :

29oct

3 commentaire pour “Les différents types de partenariats”

  1. Mark Le Net dit :

    Merci Stéphane pour cette entrée en matière.
    L’essentiel s’y trouve, même s’il manque quelques cas particuliers qui découlent de ces deux grands principes !

    J’ai une question en ce qui concerne la seconde.
    Imaginons que Canastruc a un produit à vendre ; il a une plateforme pour cela.
    Mais il n’a pas de liste. Il contacte donc Tartempion et Martin qui, eux, en ont, dont certaines qui seront intéressées par ledit produit.
    Le contrat est qu’une vente sur deux revient à Canastruc, et une sur deux revient au « listeur ». Canastruc ne fait pas de squeeze-page et ne collecte pas les adresses de liste de ses partenaires (sinon ils devraient demander 60 ou 70% de gains, et non 50.)
    Disons que chacun des 2 listeurs vende respectivement 120 et 240 exemplaires du produit (numérique, donc sans frais de production) vendu à 9 euros.
    Au total le CA est de 9x(120+240)=3240 euros.
    Canastruc garde 1620 euros (la moitié), Tartempion 60×9=540 euros, et Martin 120×9=1080.

    ça, c’est le brut, en tout cas pour T. et M. ; ils seront donc imposés de 27% s’ils s’ont auto-entrepreneurs.
    Mais qu’en est-il pour Canastruc? Doit-il compter dans son CA les 3240 de produits vendius PLUS les 1620 qu’il a reversé à ses partenaires ?
    En l’état, c’est ce que la loi financière demande, si c’est lui qui touche d’abord, et reverse ensuite.
    Mais si sa plateforme est configurée pour que l’argent soit versé directement sur les comptes des partenaires une fois sur deux, l’état va-t-il considérer qu’il n’aura touché que 1620, car c’est la réalité, et son CA est donc trois fois moindre que dans le cas précédent, ce qui est tout bénéfice pour lui ?
    Selon moi c’est un des gros avantages de la vente à X% mais répartis par vente et non par somme.

    Qu’en dis-tu ? Quelle est ton expérience là-dessus ?

    Merci,
    M.
    Le dernier article de Mark Le Net : La mesure du buzz, un secret enfin révéléMy Profile

    • Hello ! Il faut vérifier avec un comptable mais si la vente se fait une fois sur 2 par exemple comme avec des systèmes genre WordPress Booster alors à mon avis l’imposition ne se fait que sur les ventes perçues sur son propre compte pas sur le reste. C’est un peu comme si c’était un droit de revente 1 fois sur 2 en fait.

      Oui c’est l’avantage de ce genre de système, on évite les taxes sur la partie encaissée par l’affilié ce qui n’est pas négligeable (surtout en France lol).

      Merci d’avoir abordé le sujet, c’est intéressant.
      Stef

  2. [...] Si on devait résumer, un partenariat est un accord entre deux ou plusieurs individus ou entreprises contribuant à un effort conjoint sur un même projet. Ils  [...]

Laisser un commentaire

Afficher un lien vers mon dernier article de blog